Théâtre de l’infini

DSCF2317 DSCF2311 DSCF2308 DSCF2302

« L’ homme fait ici le bruit de l’éphémère », Victor Hugo.

Aujourd’hui, focus sur le site de Gavarnie avec des étudiants venant du continent Nord Américain.

Sur les traces de Victor Hugo, Schrader, Henry Russel, Flaubert… nous prenons la direction de la grande cascade. Les hordes de touristes estivales ont disparu, les marmottes peluchées ne sifflent plus… Quelques commerces sont ouverts avant l’hibernation totale du village.

Gavarnie est dans un entre deux, ne sachant plus trop quelle direction prendre ; entre l’Espagne accueillante derrière le port de Bujaruelo et la première glace de la grande cascade.

Les étudiants sont aux anges, présents dans l’instant, à l’aguet du paysage. Ce cirque ne peut qu’émouvoir, il est ancien, contemporain, plume, animal et minéral.

La plus infime gouttelette résonne dans cet amphithéâtre, et la chute d’un glaçon fait retentir un air d’avalanche.

Ce lieu est sans issue, combien de sauts devrait effectuer la puce des glaciers pour escalader les 1500 m de gradins vertigineux ?

Puis, le soleil s’invite, accentue les pigments des arbres automnaux. Le paysage prend des airs de carte postale, et rend la montagne accessible en quelques poignées de secondes.

Quelques photos de plus ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s