Le monde à l’envers

DSCF2695 DSCF2711 DSCF2724 DSCF2730

Aujourd’hui, les feuillages brunis se reflètent dans les lacs de montagne. Au démarrage, au bord du lac d’Estaing, le monde est un peu à l’envers.

Chemin faisant, j’apprends deux mots singuliers grâce à mes partenaires de randonnée,  que je partage avec délectation:

Paraskevidékatriaphobe : c’est le nom donné aux personnes qui ont la phobie des vendredis 13…

Sérendipité : est le fait de « trouver autre chose que ce que l’on cherchait », comme Christophe Colomb cherchant la route de l’Ouest vers les Indes, et découvrant finalement un continent inconnu des Européens.

D’aiguilles de sapins en cabanes en tout genre, nous nous acheminons vers un « tiny » lac, petit et mignon, dont l’eau turquoise et transparente s’est amenuisée avec la visite prolongée de l’été.

Dans une tranquille aisance, les binômes se tricotent et se détricotent dans la descente embrumée. La boucle est bouclée, au bord du lac d’Estaing, des tentatives de ricochets tenteront de donner une aquatique réplique au mouvement assuré de nos pas de terriens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s